Je veux coucher avec le mari de mon amie

Docteur Gendron, docteur Gendron, que vous êtes beau et que vous semblez heureux avec Réal Giguère et Claude Blanchard. On le serait à moins !
Voici un nouvel extrait du Courrier de sexologie de Lionel Gendron. Ci-dessous, une lettre envoyée par une jeune femme de 18 ans. Attention, c’est TORRIDE.

COMPENSATION À LA FRUSTRATION
Hull, août 1969
Bonjour Docteur,
Aidez-moi. Je suis mariée depuis un an. Âgée de 18 ans, j’ai un enfant de 1 an, 5 mois. Mon problème est celui-ci : j’éprouve dans tout mon corps un besoin sexuel intense quand je vois un bel homme. C’est tellement fort que mes yeux me trahissent; il vaut mieux que je m’en aille. Ça me trouble jour et nuit.
Je me tiens avec une amie mariée. Son mari est un très bel homme. Chaque fois que je le vois, je le veux dans mon lit. Je les ai invités à souper chez moi, un soir. Ce fut le commencement de mes troubles. Nous étions assis dans le salon, face à face durant la soirée. Je frémissais de tous mes membres, le fixais des yeux, étais incapable de me contrôler. Il s’en est aperçu, m’a regardée à son tour, très longuement. Il avait l’air d’accord.
Et, un autre jour, je suis allée chez lui pour voir son épouse. Il était seul avec l’enfant. Je me suis sentie toute drôle en le voyant. Il m’a offert une bière. Je l’ai acceptée. Il s’est avancé lentement, m’a embrassée. Je me suis opposée à cela mais il a continué quand même à me faire la cour. Nous n’avons pas consommé l’acte sexuel.
Je ne pouvais pas. J’ai pensé à sa femme, que j’estime beaucoup, me suis demandé aussi ce qu’il penserait de moi. Par la suite, il m’a invitée à sortir avec lui un soir. J’ai refusé. Maintenant, il ne me parle presque plus. Je crois l’aimer. Mais je ne veux pas, pour tout l’or du monde, briser son mariage. Je ne vais presque plus chez mon amie. Elle se demande ce qui se passe exactement. La tentation est trop forte chaque fois que je le vois.
Je ne sais plus si j’aime mon mari, âgé de 28 ans. Il n’est pas un homme « chaud » de nature. C’est vrai, il travaille de longues heures. Je l’attends dans le lit toute palpitante d’amour, parfumée et nue. Il ne sait que dire : « Je suis fatigué ». Ou bien quand il fait l’amour, je ne suis pas satisfaite, pourtant, je fais tout ce qui est possible pour une femme en amour physique.
Pouvez-vous me dire ce qui se passe dans ma tête? Je suis vraiment obsédée, mais pas une « mauvaise fille ». Je ne peux pas tromper mon mari. Je ne le veux pas. Faites vite…

Par le passé, certains d’entre vous ont suggéré de publier non seulement les lettres au courrier, mais aussi leurs réponses, ce que nous ne faisions pas systématiquement au départ parce qu’elles parfois moins passionnantes que les lettres. Mais vous aviez raison : dans certains cas, c’eût été une bonne idée que nous les publiassions. Alors pour assouvir votre curiosité dans le cas d’aujourd’hui, voici la réponse (beaucoup moins torride) du docteur Gendron :

À ne surtout pas manquer dans nos archives :
* D’autres extraits de Madame est servie, publié aux Éditions de l’homme en 1970.
* Et pour les amateurs de courrier en général, de nombreux extraits de celui de Solange Harvey, et quelques-uns de Manuel Hurtubise dans Filles d’aujourd’hui.

Related Posts with Thumbnails

2 Comments

  1. - Au secours Docteur, j’ai le feu au cul! – Parlez donc à votre mari impuissant.

  2. Je serais curieux de savoir si elle a célebrer son 40ème anniversaire de mariage..

Laisser un commentaire

↓