Le Soleil vs La Presse – Parodies de 1984

Dans son numéro de décembre 1984, le magazine humoristique Croc offrait un supplément en papier journal, qui était une parodie de deux des plus importants quotidiens québécois. Sous la plume impitoyable de l’équipe de Croc, Le Soleil de Québec devenait Le Someil, alors que La Presse de Montréal, qui célébrait cette année-là son centenaire, était rebaptisée La Paresse.

La Paresse - parodie de Croc - 1984

(Comme toujours, cliquez sur les images pour les agrandir.)

Si les journaux parodiés ne sont pas aussi épais que les originaux, le travail de Croc est admirable : tout est revu et corrigé, des articles aux publicités, en passant par les photos des journalistes (souvent le même bonhomme, affublé de perruques et de moustaches), jusqu’aux annonces classées, aux bandes dessinées et à la page des mots croisés !

Attardons-nous aujourd’hui aux pages sportives de La Paresse et du Someil, éditions du 7 décembre 1984.
Que serait une parodie des médias sportifs québécois sans une intervention lyrique de l’inénarrable Génant Réjean Tremblay, en périlleuse mission à Québec, territoire « marxiste » ?

Les amateurs de hockey de la Capitale et de la métropole baignent à l’époque en pleine rivalité Nordiques-Canadiens, prétexte à toutes les disputes en famille ou entre amis. Or, le génie des parodies de Croc est de présenter les mêmes fausses nouvelles, décortiquées par les journalistes biaisés des deux villes. D’abord, Richard Hétula (Richard Hétu, ancien journaliste sportif maintenant correspondant de la vraie Presse aux États-Unis) donne son avis sur la performance du Bleu-Blanc-Rouge :

Mais pour Maurice Dumas, Québec a gagné, Guy Lafleur est pourri, et Peter Stastny est toujours aussi beau. Quoi d’autre ? Ah oui : Wayne Gretzky a été échangé aux Nordiques !

Un peu de football. Belle victoire de Québec au Garbage Bowl ! Claude « Garochelle » (le regretté Claude Larochelle du Soleil) nous en parle :

Ronald « KingSize » (Ronald King), de Montréal, n’a pas vu le même match…

Il n’y a pas assez de francophones avec le Canadien ! Jerry Trudel, du Sport illustré, nous l’avait dit en 1951, tel que publié dans nos pages il y a quelques mois. Gênant Réjean Tremblay nous le radote régulièrement dans la vraie Presse, et le Someil partageait cet avis en 1984 :

Baseball : en 1984, les Expos, 78 victoires et 83 défaites, comptaient dans leurs rangs Tim Raines, qui venait de renoncer à cacher sa coke dans la poche arrière de son uniforme.

Enfin, un peu de potinage sportif avec le moustachu Tom Lapointe, perdu dans le néant depuis une vingtaine d’années, et dont il ne semble plus rester de traces sinon celles de son passage au quiz Galaxie, avec Réal Giguère, en 1986 (voir le vidéo YouTube ici). À l’autre bout d’la 20, Yves « Pouliche » et Roland « Sabourique » divaguent sur divers sujets pour Le Someil.

En terminant, un concours pour assister à un match des Nordiques !



Génant Tremblay
J’ai perdu un ami…

Une odeur de pourriture et de franc-maçonnerie règne dans le Colisée alors que j’arpente la soue qui sert de bureau à Michel Bergeron. Au mur, des photos de Staline, Hitler, des signes cabalistiques, un crucifix à l’envers entournent l’emblème des Merdiques. J’attends mon ami Bernard Brisset, un gars avec qui j’ai couvert les Glorieux pendant des années et qui est devenu récemment le bras droit de Marcel Aubut. J’ai hâte de revoir ce bougre, de me rappeler nos brosses au Dubleuet, de m’émouvoir pour sortir cet article. L’homme arrive en retard, la Pravda sous le bras, le regard fuyant. Une barbe de trois jours ceinture sa bouche qui exhale l’odeur fétide de la bière concurrente.
« Comment vas-tu-yau d’exhaust? » que je lui lance en souvenir de notre bonne vieille camaraderie, de nos rires d’antan. « Que puis-je faire pour vous, camarade? » rétorque cette loque que la lobotomie et le lavage de cerveau ont transformée irrémédiablement. Les larmes me montent aux yeux, ma gorge sent poindre un motton. Son vouvoiement m’atteint comme un crochet de droite aux tripes. Son « camarade » me fait l’effet d’un coup de couteau dans le dos. Je sens que notre rencontre sera pénible et que mon article sera juteux.
Alors que mon ex-vieux chum me débite d’une voix monocorde la boulechite habituelle des Marxistes de Québec sur la beauté du sport, je me rappelle la petite phrase de Jean Hamel pénétrant pour la première fois le vestiaire de la Sainte Flanelle: « J’ai choisi la liberté. » Je commence à comprendre l’ampleur du drame humain que cette déclaration cachait. Je suis déterminé à percer cette Omerta, cette loi du silence qui baillonne les Marc Tardif ou les Charles Thiffault. Je bombarde de questions l’esclave de Maurice Filion: Oui ou non, les Nordiques se livrent-ils à des messes noires la veille des matchs? Ont-ils déjà immolé une jeune fille vierge de Limoilou pour assouvir leur soif de victoire? Qu’a appris Michel Bergeron lors de son séjour secret dans un camp de perfectionnement en Sibérie Orientale? Est-il vrai que Thomas Brigham, le fou de la Gare Centrale, était sur le pay-roll des Nordiques? Quel rôle joue Charles Manson dans l’organisation des filiales de l’Empire du Mal? Charles Thiffault a-t-il quitté l’équipe parce qu’il refusait de se prêter aux expériences de manipulation génétique qu’exigeait Me Aubut? Sa vie est-elle en danger? Pourquoi m’empêcher à tout prix de parler seul à seul avec Richard Sévigny si ce n’est que parce qu’on a forcé cet homme à renier sa foi, à cracher sur un crucifix et à prêter allégeance au culte satanique des suppôts de Bergeron! Toutes ces questions resteront-elles sans réponse… ne servant, à toutes fins utiles, qu’à allonger mon article?
J’ai perdu un ami, un gars en or, un chic type! Il a été sacrifié sur l’autel des intérêts mesquins du chauvinisme sportif! Le hockey nord-américain-québécois vaut-il vraiment la peine qu’on se livre à de telles bassesses, surtout pour une équipe qui s’effoire lamentablement en quart de finale? J’avais deux amis, je n’en ai plus qu’un. « Viens-t-en, Roger D., allons noyer dans le Dubleuet le chagrin des illusions perdues. » Ce soir, j’ai envie de me saoûler l’dedans de pathétique!

Les Canadiens ont gagné environ 5 à 2!
Richard Hétulà

Le Canadien a vu sa série de deux jours sans partie être brisée hier, lorsqu’a eu lieu le match l’opposant aux Nordiques. Le Forum était plein à craquer, il y avait tellement de monde que même Claude Brunet a dû s’acheter un billet debout. D’ailleurs si les Canadiens ont gagné, c’est grâce à leurs partisans. La foule les a bien aidés en comptant les dix dernières secondes du match plus lentement, pour leur permettre de compter quatre buts.

Le Lafleur des belles années!

On a revu le Lafleur des belles années! À dix minutes vingt du premier engagement, Lafleur s’échappe seul devant le gardien des Nordiques, malheureusement pour Guy, le jeu pendant ce temps se déroulait dans la zone des Canadiens, c’est Goulet qui avait la rondelle. J’espère que cette performance du numéro dix fera taire ses dénigreurs, et qu’ils réaliseront que Lafleur est aussi utile aux Canadiens que Gretzky est utile aux Devils.

Le massacre de l’Immaculée-Conception

À la fin de la deuxième période, ce fut la bataille générale. C’est Dale Hunter qui a provoqué son frère Mark, en lui disant: « Mon père est plus fort que le tien! ». Puis Nilan est devenu viril sur Marois. L’arbitre Lewis a tenté de les séparer, mais Nilan a sacré un maudit gros coup de poing dans le ventre de l’officiel. L’arbitre a renvoyé Nilan ainsi que 2 pizzas et 3 hot-dogs. Durant la bagarre, René Lecavalier a dit cette phrase qui donne à réfléchir: « J’ai hâte au jour où toutes les équipes de la Ligue Nationale n’aligneront que des Gandhi… ».

Roger D. Landry était là!

Roger D. Landry était au Forum hier, et il a reçu toute un accueil! Toute la foule s’est levée pour l’applaudir après un but des Canadiens.
Après la partie, Michel Bergeron a fait cette déclaration: « Les Nordiques vont mettre un protêt sur la game, parce que s’il y avait eu une période supplémentaire, je suis sûr qu’on serait arrivés à annuler. »

Les Nordiques ont gagné environ 4 à 1!
par Maurice Dumât Ohé ! Ohé !

MONTRÉAL — Depuis que la Ligue nationale de hockey a joint les rangs de l’A.M.H., les confrontations Nordiques-Canadiens ont toujours été bonnes. Hier, ce fut de même aussi. Les joueurs des Nordiques sont arrivés à Montréal en voilier, juste à temps pour le match. Plusieurs amateurs de Québec ont aussi fait le voyage à Montréal pour assister au match à la TV. Les joueurs des deux équipes se sont plaints qu’ils avaient trop de pression sur les épaules, surtout dans la douche. Au début du match, le compte était 0 à 0, mais l’atmosphère régnait. À quelques reprises durant le match, les gens de Montréal dans la foule se sont levés les uns à la suite des autres, en se faisant aller les bras, pour commander un coke je pense. Vraiment les Montréalais sont du monde ben mouton.

Lafleur pourri!

Guy Lafleur, qui jouait à l’aile gauche ou à l’aile droite selon où on était assis, a prouvé hier qu’il n’avait pas perdu une fraction de seconde, mais bien deux heures et demi. Après le match, ti-Guy s’est plaint que Lemaire l’avait cloué au banc à plus de 15 reprises. Lafleur est mieux de faire attention à ses déclarations. Quand on crache dans les airs, ça nous retombe dans la bouche!

Le massacre de l’Immaculée-Conception

À la fin de la première période, ce fut la bagarre générale. C’est Mark Hunter qui a provoqué son frère Dale en lui disant: « Et ta sœur? ». C’est là que Nilan s’est mis à fesser sans arrêt sur le casque de Dale, même si ce dernier n’était plus dans son casque et aidait nu-tête Jimmy Mann à planter Lafleur. Pour mettre fin à la bataille, l’arbitre a appliqué le nouveau règlement, en fonçant dans le tas de joueurs au volant de la Zamboni.

Le restant du match

À 14:18 du deuxième vingt, il ne s’est rien passé qui mérite qu’on s’y attarde.
Finalement, les Nordiques ont gagné. Soyons modestes, n’oublions pas que le Canadien est une équipe en reconstruction, c’est pour ça qu’il a ben des plombiers (c’est une farce!). À la fin du match, nous apprenions qu’une nouvelle entente avait été conclue au sujet de la télédiffusion des matchs. Lors des matchs du Canadien aux États-Unis, seuls les joueurs du Canadien seront visibles à l’écran, lors des matchs des Nordiques au Canada, seul les joueurs des Nordiques seront visibles à l’écran.

Gretzky échangé aux Nordiques en retour des citoyens de la ville de Québec
par Maurice Dumât Ohé ! Ohé !
envoyé spécial au Someil

Si vous êtes un habitant de la ville de Québec, le Someil est heureux de vous apprendre que vous avez été échangé à Edmonton. Vous avez jusqu’à 17 heures pour vous rapporter à Glen Sather. Ceux qui refuseront de se rapporter à leur nouvelle ville seront automatiquement envoyés dans les mineures à Drummondville. Bon voyage!

15 à 8
Québec remporte le « Garbage Bowl »!

Claude Garochelle

Les « Jaunes-Oranges » de Québec qui sont probablement les meilleurs vidangeurs-footballeurs au monde ont infligé un cuisant revers de 15 à 8 aux « Verts » de Montréal qui avaient plutôt l’air « bleus » après la rencontre!

Menés de main de maître par leur quart-arrière étoile Gus « gros-proutte » Boudin, les « Jaunes-Oranges » ont littéralement fait de la poutine de leurs adversaires qui ne savaient plus où donner de la tête (même si le mot « cassot » conviendrait mieux pour décrire la « chose » qu’ils ont sur les épaules)!

À la fin du match, les « pissous » de « Verts » ont été copieusement hués par la brave foule drummondvilloise parce qu’ils ont lâchement refusé d’embarquer dans la « valise » de leur truck à vidanges pour revenir à Montréal comme l’exige la tradition pour l’équipe qui subit la défaite lors de cette classique annuelle.

Invité à commenter la victoire de son équipe, le coach des « Jaunes-Oranges Réal Labine surnommé « Ti-Rouge » à cause de son acné a déclaré: « D’après moé la joute s’est jouée avant la ‘game’ c’est-à-dire quand tous mes joueurs sans exception ont décidé de porter un pince-nez pour combattre la mauvaise odeur des vidangeurs montréalais ». Réal a sûrement raison parce que tout le monde se rappelle très bien que l’an dernier les « Verts » avaient beaucoup affaibli les joueurs québécois en dissimulant des morceaux de fromage bleu moisis dans leurs casques.

Bref, ce fut une belle victoire pour l’équipe québécoise et pour les remercier, monsieur le maire a convié tous ses membres à un gigantesque « hangar party » qui se tiendra à l’arrière des taudis les plus crasseux de la basse-ville le mois prochain.

N.B.: Étant donné que le « Garbage Bowl » n’est pas couvert par la radio et la télévision, il arrive malheureusement que certains journalistes en profitent pour être malhonnêtes. Sans vouloir accuser personne, j’ai bien hâte de voir quel « score » de la joute Ronald KingSize du journal La Paresse va communiquer à ses lecteurs!

« C’est notre poubelle victoire » nous confiait Réal Labine pendant que l’équipe adverse cachait mal sa déchetption.

Au « Garbage Bowl »
Montréal bat Québec 15 à 8!

Ronald KingSize

Eh oui! Les « Verts » de Montréal ont remporté une dramatique victoire de 15 à 8 sur les « Jaunes-Oranges » de Québec lors de la classique annuelle du « Garbage Bowl ». On sait que cette rencontre réunit les meilleurs vidangeurs-footballeurs des deux plus grandes villes du Québec et pour l’occasion tous les joueurs sont obligés de se vêtir de sacs à déchets des pieds à la tête.

C’est un échappé recouvré par Bill Moisy dans la zone des buts du Québec sur le dernier jeu du match à la suite d’un balayage hors-bloqueurs raté par les « Jaunes-Oranges » qui a valu cette brillante victoire aux Montréalais. Alléguant que ce sont eux qui avaient recouvré le ballon, les Québécois ont violemment protesté auprès de l’arbitre mais celui-ci a maintenu sa décision et avec raison d’ailleurs.
Dans l’ensemble le match a été très « sale » en ce sens que les coups cochons ont plu. Au total 26 chandails et 32 pantalons ont été réduits en lambeaux. De plus même si le match avait lieu à Drummondville (ville supposément neutre), les spectateurs n’ont pas cessé de harceler les joueurs montréalais en leur lançant des « cochonneries » de toutes sortes: vieux bas dégoûtants, cannes de conserves vides, « T-Bones » verts, etc… Bref, même si cette joute se veut amicale, elle provoque année après année scandales et controverses.

D’ailleurs après la rencontre les coûteaux volaient très bas. Ainsi l’entraîneur des « Verts » a déclarer sans sourciller: « Si les vidangeurs de Québec font leur job comme ils jouent au football, leur ville doit être sale en maudit! » Ce à quoi le coach des « Jaunes-Oranges » a vivement répliqué: « Les déclarations d’une petite ‘crotte’ ne m’ont jamais impressionné! » En terminant, rappelons que le match de l’an prochain aura lieu dans le « scrap-yard » chez « Tony » à Trois-Rivières. Ceux qui veulent être certains d’avoir une poubelle réservée feraient mieux d’acheter leur billet dès maintenant!

« C’est notre poubelle victoire » nous confiait Bill Moisy pendant que l’équipe adverse cachait mal sa déchetption.

Cessons nos luttes fratricides !
(Claude Garochelle Sports-Soleil)

Dorénavant, nous refuserons de jouer le jeu puéril et malhonnête de la presse sportive montréalaise, toujours aussi servilement et aveuglément à la solde du Forum, qui tente par tous les moyens de semer la discorde et la zizanie au sein des Nordiques en exagérant la portée de certaines déclarations ou de certains différends entre les joueurs et la sympathique direction de l’équipe. Quant à nous, nous considérons que le Canadien est une très grande équipe, un fleuron trop important de notre patrimoine collectif québécois pour s’acharner bêtement à ternir son image et son harmonie par des insinuations, des médisances ou des calomnies.

Peu nous importe qu’il n’y ait plus de place chez les Glorieux pour des Québécois francophones en dépit de l’énorme contribution des Richard, Béliveau, Geoffrion, Tremblay, etc. Nous ne nous immiscerons plus dans la régie interne de ce club qui a choisi délibérément, comme il en a tout à fait le droit, d’éliminer, ou d’exiler ou d’exterminer d’habiles hockeyeurs dont le grand tort (la grande tare?) était de s’appeler Bouchard, Picard, Gingras, Tardif, Delorme ou Houle.

Les Canadiens-Français qui succèdent aux Israélites qui ont toujours présidé aux destinées du Forum savent ce qu’ils font, faisons-leur donc confiance. Ils avaient sûrement de très bonnes raisons pour empêcher Richard Sévigny de « goaler » en français dans sa province natale. Les dirigeants de la Sainte-Flanelle devraient pouvoir décider à leur guise où, quand et comment humilier un joueur-étoile de la trempe de Guy Lafleur ou un travailleur infatigable authentiquement de chez nous comme Mario Tremblay. Nous n’avons pas de leçon à leur faire ou à leur donner à ce chapitre, ils se débrouillent déjà très bien. Si le racisme et la discrimination permettent à cette équipe de mieux fonctionner, n’est-ce pas le résultat qui compte?

Le temps de la réconciliation est venu, cessons nos luttes fratricides et laissons donc, une fois pour toutes, les frogs de service du Canadien à leur triste sort. De toute façon, personne ne peut plus rien pour eux… à moins qu’ils ne se réveillent dans un dernier sursaut de dignité s’ils ont encore du cœur au ventre. Acceptez donc, chers camarades montréalais, cette humble branche d’olivier et ce sapin que nous vous passons du fond du cœur.

Gilles Brancard
Bilan de la saison des Expos

Bon maintenant que le temps des fêtes approche à pas de géant Ferré, que la saison de baseball 1984 est bel et bien terminée et que les passions des amateurs montréalais et québécois ont eu le temps de se refroidir, c’est le moment idéal pour dresser un bilan final des dernières péripéties de nos « Amours ».
Commençons par le côté positif: d’abord nous nous devons de féliciter sans exception tous les joueurs des Expos pour leur belle tenue hors du terrain. Nous les avons vus tour à tour se vêtir de tuxédos, d’habits chics de toutes sortes, mais jamais en « punk » ou en « hippie ». Et ça c’est tout à leur honneur! Autre point positif: les Expos ont eu une très belle saison en ce sens qu’il a plu quand même assez rarement. Bravo les gars! Autre point extrêmement positif: Youppi, notre mascotte favorite à réussi à résister une autre saison complète à la cocaïne et ce malgré la mauvaise influence des joueurs.
En cela il mérite toute notre admiration parce qu’imaginez-vous un seul instant ce que ça lui coûterait par année en poudre blanche à la grosseur du nez qu’il a! Alors bravo à toi aussi Youppi!
Malheureusement l’espace nous manque pour parler des mauvais côtés de la saison de nos « chéris » mais ce n’est que partie remise puisque dans La Paresse de samedi, nous consacrerons un supplément complet de 60 pages uniquement sur ce sujet. Bonne lecture! Et à l’an prochain!

« Sévigny est un agent double » — Bergeron
par Yves POULICHE

Le chien est sorti du sac! C’est en prenant ma douche, après le match, avec Michel Bergeron, que j’ai appris que Richard Sévigny est un agent double. L’ancien gardien du Canadien, qui joue maintenant avec Québec, est toujours sur la liste de paie des Glorieux. Laissons parler le p’tit tigre: « J’ai commencé à me douter de quelque chose lors de l’hymne national quand Sévigny s’est placé sur la ligne bleue du Canadien. Puis durant le match, Richard, qui était mon goaler auxiliaire, sautait sur la glace à chaque changement de trios, pour nous faire poigner une punition pour avoir un homme de trop. Ce qui m’a convaincu, c’est durant la bagarre générale quand il a pété la gueule à Dale Hunter, son coéquipier. Je n’intenterai pas de poursuite contre le Canadien parce que ça fait deux ans que Jean Hamel fait la même chose avec eux autres pour nous autres, mais faut pas le dire. Passe-moi donc le savon… ».

Bergeron, psychologue disciplinaire

Le p’tit tigre a enchaîné en parlant de son métier d’instructeur: « Un instructeur doit être un bon psychologue. Supposons que les deux jeunes enfants d’un de tes joueurs viennent d’être attaqués et tués par un maniaque, pour être sûr que ton gars va jouer une bonne partie quand même, tu lui fais à croire que c’est Nilan qui a fait ça à ses enfants. »

D’autre part, Bergeron a ajouté qu’il était pour resserrer la discipline chez les Nordiques: « Le couvre-feu sera désormais à 21 heures. Que ce soit à la veille d’un match, le lendemain d’un match ou le soir d’un match, tout le monde devra être bordé à 21 heures. Cette saison, notre but chez les Nordiques, c’est d’être les premiers à repêcher au mois de juin. Frotte-moi donc dans le dos… »

LA PRÉPARATION MENTALE D’UN JOUEUR
Ça prend pas de temps!

Tom « Maman » Lapointe

Après le match, j’ai réalisé cette entrevue avec Jacques Lemaire. Il était entouré de ses adjoints, Jacques Laperrière, l’instructeur du numéro deux, Jean Perron, l’instructeur du numéro trois, Toe Blake, l’instructeur du numéro quatre, Claude Ruel, l’instructeur du numéro cinq, André Boudrias, l’instructeur du numéro six…
TL: Jacques, tu dois être content de tes joueurs, surtout de Gainey, il t’a donné le meilleur de lui-même?
JL: Oui, y m’a donné son casque. Un à zéro pour moi!
TL: Quelle était ta stratégie?
JL: Carbonneau devait surveiller Stastny, Gainey devait surveiller Goulet, et Lafleur devait se surveiller! Deux à zéro pour moi!
TL: Pourquoi t’as pas habillé Tremblay ce soir?
JL: Parce qu’il est capable de s’habiller tout seul! Trois à zéro pour moi!
TL: La foule vous a beaucoup aidés. D’après toi, une foule, est-ce synonyme d’un but?
JL: Non, une foule, c’est synonyme d’une assistance! Quatre à zéro pour moi.
TL: Est-ce qu’il y avait des blessés dans ton personnel ce soir?
JL: Oui, Claude Mouton, y’était blessé à la laine! Cinq à zéro pour moi!
TL: Cou donc, es-tu fou?
JL: Non, je suis cinglé! Six à zéro pour moi!

On se serait cru à la belle époque de la fameuse émeute Maurice Richard. Un jeune supporteur du Canadien, n’ayant pas accepté la suspension de deux minutes infligée à Rick Green durant la partie, a pensé à péter une vitrine de la rue Ste-Catherine.

Related Posts with Thumbnails

6 Comments

  1. Pingback: Tweets that mention Le Soleil vs La Presse – Parodies de 1984 | Vieille Marde (point com) -- Topsy.com

  2. Pingback: Les p’tits bonshommes du samedi matin | Vieille Marde (point com)

  3. Pingback: Vieille Marde (point com) » Blog Archive » Le Clan Panneton pour déménager » Vieille Marde (point com)

  4. Pingback: Vieille Marde (point com) » Blog Archive » Snoopy, Garfield et Bouboulechitte » Vieille Marde (point com)

  5. Pingback: Vieille Marde (point com) » Blog Archive » Hagar l’horrible – parodies » Vieille Marde (point com)

  6. je cherche qui étais Bernard Enright il est en caricature sur une carte que j’ai en habit de hokey

Laisser un commentaire

↓